Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 08:59

P1040296

Splendide redescente par les rappels des "Baumes"... 

 

Pierrot nous avait vanté les mérites de cet itinéraire hors normes pour la région (350m !!!) avec une prudence et une retenue plutôt inhabituelles... A l'évidence, une telle tempérance ne pouvait qu'être le fruit d'une stratégie...

... Une stratégie !!!??? De quoi trembler déjà...

Lucide et fin connaisseur de la nature humaine, le bonhomme nous avait  psychologiquement amené à aborder cette longue journée à venir dans un agréable entre-deux d'humeurs, mélange de circonspection certaine et de curiosité difficilement répressible. Dans de telles dispositions, impossible d'être déçus !!!

Le salaud, il avait réussit à ramollir nos acerbes a priori, neutraliser notre capacité de "préjugement", adoucir nos critiques prévisions, enrayer la mécanique bien huilée de nos moteurs à sarcasmes.

On notera tout de suite le premier enseignement de cette journée : les capacités intellectuelles et les aptitudes à la stratégie du gardois dépasseraient donc les champs bien identifiés jusque là par la communauté scientifique de la footocène et de la torosphère. Un petit pas pour l'homme (non, non, ça s'écrit bien comme ça, avec un "h", deux "m" et un "e" à la fin... OM, c'est l'équipe de foot!), un grand pas pour la méridionalité ! :)

J'arrivais donc au pied de la "Walker", à peine essouflé mais bien transpirant mais ça, c'est une autre histoire, avec ce qui se rapprocherait d'une certaine "ouverture d'esprit" ... Par nécessité au final. Une sorte de réflexe de survie. Une manière de se protéger de la déception probable à venir en somme...

Si cela s'avérait vraiment nul, nous aurions gagné une source inépuisable de moqueries diverses et variées. Et ce serait déjà un sacré joli butin !

Si nous naviguions la journée durant dans la "moyenneté" insipide et fadasse, restaient de toute façon le paysage, s'amuser à faire des noeuds, faire joujou avec les coinceurs et les nouveaux ballnuts de David ("c'est dément dans les petites fissures quand c'est compact"), répondre aux mails avec mon téléphone qui est désormais capable de réaliser cette prouesse (quand ça passe!!!), bouffer un bon sandwich au relais, réfléchir à tout un tas de trucs, ...

Et si nous tombions sur un bijou de la varappe à mains nues, un caillou splendide, une ambiance exceptionnelle et des mouvements d'anthologie dans un cadre incroyable... il aurait bien fallu se résoudre à admettre que nous avions râté ce cairn et cette fameuse petite sente à droite et que nous avions alors poursuivi trop loin jusqu'à atterrir au pied d'Autrige en Ardèche... Du coup, j'aurais eu moins de route pour rentrer chez moi, le soir.

Passons donc au bilan. Sous la forme d'une FAQ.

C'est quoi cette écharpe qui remonte juste au dessus d'une succession de jardins et autres rampes végétatives !? Y'a un peu de gaz qaund même ? Y'a de l'ambiance ?

Autant le dire de suite, y'a quasiment aucun gaz, c'est sur. Allez, au max, on se retrouve peut être à 50m au dessus d'un jardin... Mais y'a carrément une très belle ambiance ! La face est très large, ouverte sur les garrigues de l'arrière pays montpelliérain, les Cévennes, le Ventoux, l'Ardèche, ... On se sent un peu "en montagne", dans une face complexe, y'a de l'air, on est "haut"... Une vraie sensation d'engagement... si,si. On n'a pas envie d'envisager une réchappe dans les bartas!!!

Ca vaut le coup de se farcir 300m de 6a pour aller serrer des prises dans trois petites longueurs en 7b/c ?

Qu'on se le dise, les 6a/b et même le 5c risquent de vous farcir nettement plus que ce que vous pourriez avoir le sentiment de vous les farcir!!! Les cotations ne sont pas cadeau du tout dans ces longueurs là. Il faut grimper et même si quelques spits trainent ici et là, il va falloir venir avec les coinceurs, leur mode d'emploi et la capacité à grimper à l'aise dans le 6b/c... Bref, on ne court pas !!! Il n'y a pas de "petites longueurs" !!! c'est plutot 30 à 45m...  Le 7b+ est splendide, le 7b très beau, le 7c plutôt moche d'aspect mais très chouette à grimper. Ah oui... Et attention quand même, le 6b obligatoire indiqué dans le topo est quasi-hallucinogène !!! 7a/b obligatoire plutot...

Et le rocher !?

95% de l'itinéraire, le rocher est splendide, très compact, à trous, écailles dans la masse et belles fissures. Seul bémol, les innombrables poches offertes par ce très beau caillou sont inévitablement proprices à la végétation... Mais on est loin tout de même de marcher dans l'herbe !!!

Et c'est quoi cette redescente à la con ? Toutes ces traversées à 20m des jardins en contre-bas...L'itinéraire est quand même logique ou ça "tord du cul" pour aller "chercher le dur" ?

Très étonnamment, quand on est dedans, l'itinéraire tombe "sous le sens". On est évidemment pas dans la ligne de faiblesses ostentatoire (Ca n'est pas Ula ou la Demande !!!) mais il y a une vraie "logique" et on grimpe avec le sentiment d'aller au plus sympa. L'itinéraire suit "le beau", quelles que soient les difficultés que cela amène à rencontrer...  Les ouvreurs n'ont manifestement pas cherché l'homogénéité (encore que, comme je l'écris dans le paragraphe précédent, ça n'est pas si hétérogène que ça, c'est bien soutenu!) mais le (très) beau rocher et l'esthétisme de la ligne.  Seules les deux dernières longueurs interrogent. Pourquoi un rappel puis la remontée d'un couloir un peu cracra pour aller chercher un 7c au rocher pas vraiment majeur et un 6a (monstre dur), bof, bof et à l'équipement foireux... Demeure la possibilité de sortir par une voie existante qui reste sur l'"arête"... Ou probablement mieux: que l'équipement du 7c et du 6a soit revu : descendre un poil le deuxième point du 7c (pour protéger le réta), faire sortir la longueur dans l'écaille-dièdre- fissure de gauche plutot que de remonter les gros blocs douteux et faire relais un peu plus haut... et décaler les points du 6a sur la gauche !!! 

Et on redescend comment !? C'est 5 heures de bartas !?

Non, non, c'est assez rapide, très beau et insolite. Soit par la très classique diagonale... Soit encore mieux par les rappels des grottes... 

 

"Walker des Garrigues"

350m (260m de dénivelé), 7c max (7a+ obl. plutot que 6b non ?)

Arnaud Catzeflis et Hugues Bonnel 2010

 

Et voilà le topo de la Walker des Garrigues ! 

 

P1040282

Très beau rappel en fil d'araignée d'une grosse cinquantaine de mètres... splendide et original comme descente !

 

 

P1040233

La splendide très longue traversée en 7b+, dans un caillou de premier choix... Des trous, des trous et encore des trous dans un rocher gris des plus compacts. Il ne manque que le gaz pour que ce soit ultra-majeur !!!

 

 

P1040274

Pas de Pic Saint Loup sans Hortus ...

 

P1040245

Début de la descente... par un puits (à l'entrée étroite) de 25m... petite étroiture ramping puis rappel de 20, puis 20 puis 55 puis 20. Top! 

 

P1040261

C'est pas tous les jours qu'on redescend d'une grande voie par ce genre d'itinéraires... Vraiment à ne pas râter !!!

 

P1040293

Qui fait le con la tête en bas ? David prendrait-il goût à la médiatisation !!!??? :)

 

 

P1040301

Lou Pic, dans la lumière du soir... La "Walker des Garrigues" remonte toute l'écharpe rayant l'extrême gauche (la partie orientale) de la 'face'.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guilhem
commenter cet article

commentaires

arno catz 14/08/2013 14:56


Salut Guilhem,


ça fait plaisir de lire ce petit compte rendu et de voir que certains apprécient la poésie de ce genre de voie... effectivement le 6b+ oblig sur le topo est un peu sévère: d'accord pour 7a. Et
quant à l'équipement à corriger légèrement sur le haut, je suis d'accord aussi, j'irai modifier ça à l'occase. Apparement la première à-vue reste toujours à faire?


A la prochaine et bonne fin de saison!


Arno C

Dernières Lignes

Vous Cherchez Un Moniteur ??